12 mars 2019

Framatome Romans : entreposage temporaire de matières dans un contenant non autorisé

Sur le site Framatome de Romans-sur-Isère, l’installation des combustibles de puissance est dédiée à la fabrication de combustibles uranium pour alimenter les réacteurs de production d’électricité. Dans cette installation, l’atelier pastillage a pour vocation de transformer la poudre d’uranium en pastilles. Ces pastilles sont ensuite cuites dans un four à haute température afin d’acquérir leur solidité et leur densité définitives. La rectification, étape qui suit la cuisson ou «frittage », permet de calibrer le diamètre des pastilles en les usinant entre deux meules.

Les anciennes rectifieuses de l’atelier sont actuellement en cours de déconstruction. Le chantier de démontage avait fait l’objet d’une analyse de sûreté au préalable. Le 7 mars, lors d’un contrôle interne sur le chantier de démontage de l’un de ces équipements, les équipes Framatome Romans ont identifié la présence de matières uranifères conditionnées et entreposées dans des sacs vinyles. Les sacs vinyles utilisés pour le conditionnement ne sont pas autorisés pour un entreposage temporaire.

Dès la découverte de l’écart, la matière a été conditionnée dans des bouteillons, conformes au référentiel de sûreté.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur le personnel ou l’environnement. Toutefois, Framatome Romans a considéré que cet évènement montrait un non-respect des règles de criticité et a proposé à l’Autorité de Sûreté Nucléaire de le classer au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES*) graduée jusqu’à 7.

*L’échelle INES (International Nuclear Event Scale) comprend 8 niveaux de gravité croissante. Elle est graduée de 0 à 7. En France, plusieurs centaines d’incidents sont classés chaque année au niveau 0 ou 1.