21 janvier 2020

Framatome remporte un contrat pour soutenir la recherche au CERN, le laboratoire européen pour la physique des particules

21 janvier 2020 – Framatome a remporté un contrat attribué par le laboratoire européen pour la physique des particules CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) visant à soutenir la recherche dans le cadre du développement de nouveaux matériaux à utiliser dans le Grand collisionneur de hadrons (LHC, Large Hadron Collider en anglais), une mise à niveau majeure de cet accélérateur de particules. Il s’agit du second contrat attribué à Framatome par le CERN.

Le CERN fournira à Framatome une capsule qui a été irradiée dans un accélérateur de particules aux États-Unis. Au sein du laboratoire de cellules chaudes d’Erlangen, en Allemagne, les experts de Framatome procéderont au démontage de la capsule pour examiner les matériaux qu’elle contient. Ce laboratoire fait partie des Centres Techniques de Framatome. C’est l’une des quelques installations dans le monde capables d’évaluer de manière flexible des matériaux hautement radioactifs.

Les experts de Framatome examineront les matériaux au moyen d’essais mécaniques et de microscopes, afin de déterminer leurs propriétés physiques et mécaniques. Les résultats soutiendront le CERN dans le développement de nouveaux matériaux pour les collimateurs qui assurent le nettoyage des faisceaux du LHC, long de 27 kilomètres.

« Nous sommes fiers que le CERN ait choisi Framatome pour réaliser d’importantes études qui soutiennent ses projets de recherche », a déclaré Alexis Marincic, vice-président exécutif de la Direction Technique et Ingénierie (DTI) de Framatome. « Il s’agit d’une nouvelle preuve de la haute qualité de nos services pour l’évaluation et les essais de matériaux, et cela démontre notre capacité à offrir des services précieux à nos clients en dehors des centrales nucléaires pour la production d’électricité. »

En 2018, Framatome a effectué des examens après irradiation d’une cible de production antiproton fournie par le CERN.

« Les antiprotons sont produits en faisant entrer en collision un faisceau de protons et une cible fixe. Cette collision à haute énergie du faisceau de protons et des noyaux du matériau cible crée une pluie de particules secondaires et, parmi elles, des antiprotons », explique Marco Calviani, responsable de la section Cibles, Collimateurs et Dépôts au Bureau d’Etudes Sources, Cibles et Interactions du CERN. « C’était la première fois que nous analysions de l’iridium hautement irradié. Framatome a procédé à l’évaluation du matériau et a examiné la microstructure et les propriétés mécaniques après le fonctionnement de la cible pendant sept ans. Les résultats fournis par Framatome ont permis aux chercheurs du CERN d’optimiser la conception de la future cible. »