11 juin 2020

Framatome finalise le projet de modernisation de la centrale nucléaire de Doel

Le 11 juin 2020 – Les essais de recette des systèmes de contrôle-commande numérique Framatome de la centrale nucléaire de Doel, en Belgique, ont été réalisés avec succès. Cet important jalon marque l’aboutissement du projet de modernisation des systèmes de commande et d’urgence des tranches 1 et 2. Dans le cadre de ce projet, Framatome a conçu, fabriqué, testé et installé sa plateforme numérique TELEPERM XS, en vue d’améliorer la sécurité de la centrale et de renforcer son exploitation à long terme.

Centrale nucléaire de Doel en Belgique.

« Notre équipe Framatome est à la pointe sur le plan de l’expérience in`ternationale et des meilleures pratiques en matière de sûreté des centrales, ce qui nous permet de fournir à nos clients les technologies les plus récentes », a déclaré Frédéric Lelièvre, senior executive vice president, Ventes, Plateformes Régionales et de la Business Unit Contrôle-Commande chez Framatome. « Je tiens à féliciter les équipes intégrées de Doel et Framatome pour leurs performances exceptionnelles, le respect des délais et leur engagement à prolonger le fonctionnement de la centrale et à renforcer sa sécurité. »   

Les équipes de Doel et Framatome ont installé les systèmes TELEPERM XS dans les salles de commande d’urgence des tranches 1 et 2. Ces systèmes pilotent et surveillent l’équipement de sûreté nucléaire, renforçant ainsi la sécurité de la centrale. Les systèmes d’urgence sont principalement conçus pour évacuer la chaleur résiduelle du circuit primaire et pour gérer la pression et la concentration en eau/bore. L’autorité de sûreté nucléaire belge a également exigé plusieurs mises à niveau de la conception afin de soutenir le programme de prolongement de la durée de vie des tranches 1 et 2 de Doel. Framatome a intégré ces mises à niveau dans la nouvelle plateforme TELEPERM XS.

Les tranches 1 et 2 de Doel sont des réacteurs à eau pressurisée avec une capacité installée nette de 433 MW chacun. Par le biais d’Electrabel, sa filiale belge détenue à 100%, le groupe énergétique français Engie SA exploite et détient la majorité de ces tranches.