Préparateur de maintenance, découvrez le métier de Tristan

Quelle formation avez-vous suivi ?

J’ai obtenu une licence de responsable de secteur en production industrielle en alternance, chez Framatome. Et ensuite j’ai été embauché.

En quoi consiste votre métier au quotidien ?

Je suis en charge de la préparation des interventions de maintenance et des arrêts techniques au sein de l’unité opérationnelle Chimie. Depuis quelques mois, mon activité est plus particulièrement focalisée sur l’atelier de séparation* compte tenu des enjeux de production du site.

Concrètement, j’assure la préparation et le suivi des arrêts techniques de l’atelier, conformément au plan de maintenance pluriannuel, dans le respect des règles de sécurité et des normes, en optimisant au maximum les délais d’intervention.

Comment et avec qui travaillez-vous ?

Je travaille beaucoup en équipe, avec une large diversité de métiers (chaudronnier, calorifugeur, électricien, monteur…) et d’intervenants qu’ils soient internes ou externes à l’entreprise. L’atelier fonctionne à flux tendu et il faut réduire au maximum les temps d’arrêt. Lors des périodes de maintenance, nos équipes travaillent en 3 / 8 et doivent suivre un planning très précis et optimisé. Il faut gérer les co-activités et intégrer des prestataires extérieurs : il y a parfois jusqu’à 50 collaborateurs sur une journée dans le même atelier) Les travaux sont de toutes natures et peuvent être complexes, à l’image de nos interventions en espaces confinés ou lors de manutentions de charges lourdes. C’est cette diversité qui me plait particulièrement dans mon métier. C’est un poste technique au service d’une unité opérationnelle.

Nous intégrons les retours d’expérience et travaillons dans une vraie démarche d’amélioration continue. Nous avons d’ailleurs récemment utilisé la méthodologie de résolution de problème « A3 », un des standards de l’excellence opérationnelle pour mieux gérer et optimiser les arrêts.

En m’appuyant sur cette démarche, j’ai d’ailleurs développé un rituel de travail pour identifier les opportunités de gains de temps et proposer une nouvelle organisation : travail des équipes en 3*8, mise à disposition des équipements en amont, préparation en équipe, planification permettant d’anticiper les besoins et de réduire les risques de co-activités, gestion des jalons situés sur le chemin critique de l’arrêt etc. Autant d’initiatives qui ont permis de réaliser des gains sur la disponibilité de l’équipement tout en préservant des conditions optimums de sécurité.

Cette approche nous a permis de réaliser 6 arrêts sur 2018 comparativement à 4 en 2017 sans augmenter nos manques à produire

Quelles sont vos perspectives d’évolution professionnelle ?

Je démarre un master en management à Lyon. Cette formation qualifiante va s’échelonner sur deux ans. A terme, je souhaite encadrer une équipe dans un service de maintenance tout en restant opérationnel.

Quels conseils donneriez-vous à une jeune recrue qui souhaiterait s’orienter vers le métier de préparateur de maintenance  chez Framatome ?

N’hésitez pas, vous ne vous ennuierez jamais.

* L’atelier de séparation zirconium-hafnium, consiste en la séparation par distillation extractive des tétrachlorures de zirconium nucléaire d’une part et de tétrachlorure de hafnium d’autre part à l’aide d’une colonne haute de 40 mètres.